mercredi 10 février 2016

Docteur who saison 9

La saison 9 de Docteur who s'est achevé et que dire, que dire... Tout simplement que c'est une bonne saison mais que j'en sors un peu déçu. Cette saison avait les moyens de s'imposer comme étant la meilleure de la série mais certains épisodes n'étaient là uniquement pour faire du remplissage. 


La mode de cette année dans docteur who a été les doubles épisodes. Après un premier digne d'un film de SF autant dans la structure que dans le scénario, on a le droit à un second double épisode ( épisode 3 et 4) dont le découpage en 2 épisodes est bel et bien au service de l'histoire.
Les quatre premiers épisodes sont donc un sans faute et soufflent un vent de nouveauté sur la série.

Ensuite vient l'épisode 5 et sa suite, l'épisode 6... En dessus des 4 premiers épisodes en terme de scénario, le cinquième épisode a des allures de trahison pour les fans ! Pourquoi ? La saison 9 a été vendu comme tournant autour du choix du visage lors de sa régénération ainsi que l'apparition d'un nouveau personnage (joué par Arya Stark de Game of throne) qui devait faire parti du passé du docteur. Voilà ce que l'on a retenu des annonces, des vidéos et des rumeurs (notamment avec le retour de David Tennant).
Alors qu'est-il ? L'histoire du visage du docteur ? Bah, tout ça est réglé en 5 minutes par un monologue de Peter Capaldi et le personnage qui devait resurgir du passé du docteur (et donc de la série de 1963) est tout simplement un personnage créer pour l'occasion...

Bon pourquoi pas mais c'est dommage. L'épisode 6 fait mal et marque une rupture dans la qualité de la saison...épisode creux, ennuyeux ; son seul intérêt réside dans le dialogue des deux personnages principaux sur la malédiction de l'immortalité.

Autant continué dans le mauvais avec les épisodes 7-8. Ce double épisode fait écho à l'épisode spécial pour les 50 ans de la série : The day of the doctor. Ennuyeux à l'extrême, tout est étiré afin de pouvoir faire un double épisode. Quelques scènes se prêtent à sourire et heureusement, Peter Capaldi (le douzième docteur) contrebalance un peu avec son sublime jeu d'acteur.

Passons à l'épisode 9... On a affaire à un épisode expérimental filmé avec des caméras embarquées à la Rec ou Cloverfield. Intéressant au prime abord, le tout devient vite quelque peu ennuyeux mais rien à voir avec les épisodes 7-8 qui sont un exemple parfait de comment faire un mauvais épisode de docteur who ^^

L'épisode 10...épisode salvateur de la série qui la ramène au niveau des 4 premiers épisodes de la saison. Tout se met en place pour le final qui s'annonce passionnant.

Pari risqué : un acteur principal (le docteur bien sûr), un one-man show de 45 minutes, l'épisode 11 est le meilleur de la saison voir de la série pour moi. Émouvant, très bien rythmé, superbement joué, cet épisode est vraiment une perle et sa fin, promet un dénouement exceptionnel.

Ultime épisode de cette saison, le douzième épisode, à l'image de l'épisode 11, n'a strictement aucun défaut et se rapproche de de la perfection pour moi. J'en dit pas plus pour éviter de spoiler ^^


En conclusion, ça été pour moi une bonne saison qui aurait pu être exceptionnelle si les épisodes de milieu de saison avaient étés plus intéressant. Et, définitivement, Peter Capaldi est pour moi le meilleur docteur de nouvelle série (ce qui est logique, étant fan de William Hartnell, le docteur de 1963)...

Pour ceux qui n'ont pas compris ce que j'ai bien raconté dans cet article, un article présentant la série docteur who est prévu (mais pas encore sur la grille de diffusion ^^).

A l'heure où j'ai écrit ces lignes, l'épisode de Noël n'est pas encore sorti...

A la semaine prochaine;)