mercredi 24 février 2016

Heavy rain

Un petit article pour relancer le débat qui avait secoué le net à l'époque : Heavy rain, un bon jeu ? Je remets ça sur le tapis car grâce à un ami j'ai pu le finir et m'en faire un avis.

Il faut savoir que je suis très fan de Fahrenheit des même des développeurs (Quantic Dream). J'ai fini plusieurs fois le jeu et, mis à part la fin qui part dans un délire grotesque, je l'ai adoré : scénario rythmé, liberté... Alors oui, il faut aimer les jeux vidéo basés sur l'histoire et non le gameplay pour l'apprécier comme il se doit.


Je suis réceptif au parti prit de Quantic Dream, alors qu'en est-il de Heavy Rain ?

Après un prologue-tutoriel plutôt bien foutu, on se retrouve avec un rythme très lent qui n'a pour but que de présenter les personnages principaux avec lesquels on va jouer. On a donc un père brisé, une journaliste, un détective privé et un agent du FBI.
L'histoire ? Après avoir perdu son premier enfant, un père souffrant de troubles psychiques, doit faire face à la disparition de son second enfant. Il s'agit d'un méfait du tueur à l'origami. Il y a eu, par le passé, plusieurs meurtres où les victimes étaient retrouvées noyé et un origami non loin du corps.
Démarre donc une course contre la montre pour retrouver cet enfant, vu par le prisme de plusieurs protagonistes.

Grâce au métagame, il est très facile au joueur de trouver qui est le tueur avant l'apparition des premiers indice...dommage pour un jeu d'enquête. Après il faut bien l'avouer, je n'étais pas sûr à 100 % de l’identité du tueur, à ce moment-là, mais la révélation était sans surprise pour moi.
Malgré ce défaut majeure, le jeu en possède d'autres. Il est vendu comment était libre, aux multiples choix, mais, avant la fin du jeu, je me suis senti constamment sur des rails. La liberté d'action n'est qu'illusion à mon avis (il s'avère, qu'on discutant avec d'autres joueurs, que la fin peut-être très différente d'une partie à l'autre) .

Le jeu aurait pu être excellent si il avait été exploité sur un autre média ; cela aurait pu faire un bon roman de policier noir ou une très bonne série en 4-6 épisodes. Mais en jeu vidéo ça ne marche pas malheureusement pas mais, l’histoire est suffisamment prenante pour nous tenir, manette en main, jusqu'à la fin de celle-ci... Mon avis est donc mitigé sur ce le dernier bébé de Quantic Dream.